Ma fille, qui vit a Marseille – car Marseille et son dieu le prof Raoult vont sauver contre elle même la France et le monde entier bande de mécréants ! – nous appelle pour prendre de nos nouvelles. Et de nous expliquer qu’elle a étudié nos signes zodiacaux.
Sa mère est bien « cancer » dans sa façon de se comporter en adoptant une attitude sacrificielle permanente qui culpabilise tout le monde style :
« Ah il n’y a pas assez de viande! Servez-vous mes enfants, c’est pas grave, je mangerai mieux demain ! »
Voilà, sa mère est habillée et maintenant c’est mon tour de passer à la casserole. Moi, généralement, j’en prends pour mon grade. C’est une sorte de tradition familiale. Je suis un peu l’abominable homme des neiges :

« Toi, papa, tu es terriblement poisson. Tu es dans ta bulle, tu es d’ailleurs une star uniquement dans ta bulle, je te ferai remarquer !
En plus, tu n’écoutes pas ce qu’on te raconte . Si on te parle de la politique, de voiture, de musique et de médecine, là, tu écoutes. Mais le reste, tu t’en fous éperdument et c’est chiant! Tu ne te souviens même pas quand tu es invité chez le frère de maman et l’autre fois, tu avais même oublié quand nous devions partir en vacances ! Et paf ! »

Passons à son frère :
« Toi Pierre, tu sais : j’ai découvert que les béliers sont des philosophes et adorent la philosophie ! »
J’entends mon fils hurler !

 

« Quoi? Moi philosophe ? Maman, tu es sûre que je suis bien né le 15 avril ? Vous ne vous êtes pas trompé de date avec papa ?
Vous n’êtes pas allés fêter ma naissance au bistrot du coin, puis déclaré ma naissance, ivre ? »
Comme quoi, même confiné, on arrive à rire. Car si mon fils, dans son existence, a lu 10 ouvrages littéraires, c’est bien un maximum. Alors la philosophie !!!